dimanche 9 octobre 2016

Mon haul de New York!



Coucou les filles!

Je suis rentrée, il y a quelques jours, d'une escapade à New York. Je suis une grande fan des Etats-Unis depuis, toujours, je crois! Les films, les séries TV, la musique... D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été attirée par ce pays. A 12 ans, j'ai reçu mon premier CD et, c'était celui de Bruce Springsteen, Born in the USA. J'étais très assidue en cours d'anglais parce que j'avais la certitude que cela me serait très utile dans un futur très proche. De l'âge de 14 à 18 ans, j'ai eu un petit ami Américain. Nous nous étions rencontrés en Suisse, lors d'un camp d'été organisé par le CE d'Airbus où mon père était ingénieur. Pendant 4 ans, nous nous sommes écrit en franco-anglais 2 fois par semaine, appelé tous les dimanches et on se voyait à toutes les vacances scolaires. Il avait de la famille Française à Bordeaux et on s'y retrouvait là, ou à La Baule. A l'époque, j'étais très investie dans le tennis - je me voyais déjà à l'affiche des tournois du Grand Chelem, ne rigolez pas! Une mauvaise fracture de fatigue au pied entre 2 épreuves du Bac ont eu raison de mes expectations. Et puis, dans la même période, avec Emmanuel, qui avait 4 ans de plus que moi, notre relation s'est doucement effritée. Nous avons décidé de rompre en 1994 mais nous sommes jurés de rester amis et, aujourd'hui, c'est toujours le cas! Ce n'est qu'en 2001 que j'ai foulé pour la première fois le sol américain. Mon fiancé (de l'époque!) m'avait offert le voyage Paris-Miami pour mes 25 ans et, un de mes amis m'hébergeait dans son sublime appartement pour 3 semaines. Je fus assez décontenancée lors des premiers jours : nous résidions dans un "gate community", tout le monde autour de moi parlait Espagnol (que je ne comprenais pas du tout) et tout me semblait ultra superficiel... Les plages privées, les soirées mondaines... Je me suis réellement ennuyée. L'ami qui m'hébergeait était l'ancien ambassadeur de Bolivie en France, il avait 2 enfants dont une fille de mon âge, et nous vivions dans un cocon dans lequel je me sentais prisonnière. Nous n'avions pas le droit de nous balader hors de Coconut Grove, pas le droit d'aller à la plage "publique" et encore moins de fréquenter les fameux bars et night clubs. La magie de Miami m'échappait. Et puis, j'ai un peu par hasard, envoyé un mail à une de mes amies de prépa HEC qui vivait dans l'Indiana. Après son Ecole de Commerce, elle avait intégré le fameux MBA de l'Université de Notre Dame et, en grande fan des USA, avait tout fait pour y rester. Elle était désormais Employee Benefits Analyst au sein de la prestigieuse université. Elle m'a très vite proposé de venir la voir. Je n'ai pas longtemps réfléchi et j'ai pris un A/R pour Chicago. Après un très long voyage en bus de 3 heures, je suis arrivée chez Sabine et pendant une semaine, j'ai été immergée dans la culture américaine. Fraîchement diplômée, Sabine, la plus grosse fêtarde que je connaisse (!!), fréquentait toujours les étudiants de MBA et j'ai pu savourer les joies d'un campus us. Une semaine vraiment extra! Je découvrais la sympathie naturelle des Américains, leur curiosité face à une Frenchie, leur admiration pour ma garde-robe et mes chaussures de créateurs, leur générosité et leur mode de vie. J'adorais aller au supermarché, la nuit surtout. J'étais émerveillée par leurs rayons et, en réelle accro au shopping, je remplissais mon caddye à chaque fois. Je découvrais également les outlets stores : ceux de Ralph Lauren, Versace, Nike, Estée Lauder, Clinique...Cette semaine dans le Middle West est passée à la vitesse grand V, je ne voulais pas rentrer à Miami! Mais il fallait bien.. Tout de suite, j'ai été choquée par les ghettos qui juxtaposaient les quartiers les plus chics, je me suis de nouveau lassée des soirées entourée de diplomates. J'ai fait ma mini révolution (!) : j'ai imposé à mon hôte d'aller sur Ocean Drive, faire la fête dans un de ses clubs et, nager avec les dauphins en pleine mer! Je suis rentrée quelques jours plus tard à Paris et je n'avais qu'une envie, celle de revenir dans l'Indiana! Chose faite l'année suivante et depuis, je passe tous les ans, au moins 3 semaines aux Etats-Unis. 
Cet été a été plutôt hectique. Mon père a eu de très graves problèmes de santé et nous avons envisagé le pire. Tout projet de vacances et même de loisir a été exclu. Il est aujourd'hui rétabli et, en éternelle amoureuse des voyages, je suis partie quelques jours en Croatie fin Août et, une petite semaine à New York et dans les Hamptons. New York est une ville que je connaissais déjà mais elle me fascine toujours autant. Les Hamptons sont un havre de paix que j'ai adoré découvrir avec ma petite Hoëdic. J'ai bu leurs vins, leur fameux "Champagne" dont ils sont si fiers, mangé healthy avec une de mes amies qui est un clone de Gwyneth Paltrow et, fait du shopping! Pour ne pas trop me laisser tenter, je n'avais pas pris une grande valise : mon armoire dégorge de tenues encore étiquetées et j'ai un mini Sephora à la maison! Je n'avais presque besoin de rien, à part l'auto-bronzant de St Tropez que j'adore mais je me suis laissée tenter!


J'ai découvert l'Eau de toilette Daisy de Marc Jacobs il y a 3 ans. J'ai d'abord été séduite par son sublime flacon puis, sa fragrance qui me rappelle tant celle de l'XS pour Elle de Paco Rabanne, malheureusement dis-continuée depuis 2006. Je me suis offert l'Eau de Parfum au Printemps dernier et, là, j'ai craqué pour l'Eau so Fresh Blush en 75ml et la Shine Edition - une édition limitée - en 100ml. 



L'Eau so fresh blush est plus florale que l'originale. Ses notes de tête sont la mandarine et la pomme, ses notes de coeur la rose, le lilas et la fraise, et enfin, ses notes de fond, le nectar d'abricot et le musque. 


L'édition limitée Shine est avant solaire. Ses notes de tête sont la fraise et la violette, ses notes de coeur le gardénia et le jasmin ; enfin, ses notes de fond sont le musque et la vanille. 

Mon auto-bronzant chouchou, celui de St Tropez, destiné aux peaux claires à moyennes, qui offre un léger hâle progressif. 


Je ne me maquille que très peu depuis un certain nombre de mois. Ma peau est jolie, je la laisse respirer et j'aime sa teinte légèrement dorée grâce au Gradual Tan de St Tropez que j'utilise un soir sur deux. Je me contente de la rosir dans la journée grâce au That Gal de Benefit qui donne un effet healthy immédiat et le soir, de l'illuminer grâce à la BB crème de l'Oréal Lucent Magic. Mes nuits sont malheureusement trop souvent trop courtes et je cache mes cernes grâce au Creamy concelear kit de Bobbi Brown qui contient dans le même pot un correcteur (j'ai pris la couleur Sand parfaite pour mon teint moyen) et une poudre ultra fine pour le fixer. Enfin, pour un effet encore plus Bonne mine tout en restant imperceptible, je balaye mon visage de la Terracotta 4 saisons de Guerlain en teinte 00-Clair Nude. 





Enfin, pour prendre soin de la couleur de mes cheveux, j'ai acheté 2 flacons du Nutri color creme de Revlon dans la teinte 1002 White platinium. J'ai pris l'habitude d'utiliser ce masque-soin-raviveur de couleur depuis quelques années déjà. Je l'utilise 2 fois par semaine sur cheveux essorés. Il est conseillé de le laisser poser 3 minutes, j'avoue que je le laisse un peu plus longtemps, le temps de raser mes gambettes et exfolier mon visage et mon corps. 


Voili voilou le butin de mes achats beauté aux Etats-Unis! J'ai été très raisonnable, non? J'ai failli craquer pour l'édition limitée de Daisy "Pink", une fragrance incroyablement florale mais je me suis dit que 2 flacons suffisaient... Je deviens sage! 
A très vite!
xoxo. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire. J'y réponds très vite!
Belle journée <3